crédit professionnel

Crédit professionnel : comprendre un financement pour d’ambitieux projets

Le crédit professionnel est une offre bancaire destinée aux entreprises. Décliné en différentes formules, il permet de créer et de développer une société. Le financement sert aussi pour constitution d’un patrimoine immobilier.

Un crédit professionnel a un fonctionnement assez simple

Il y a beaucoup de similarité entre le crédit professionnel et les prêts pour les particuliers. Le taux peut être fixe ou variable selon la formule choisie par la banque. Les reports d’échéance ainsi que les paiements anticipés sont aussi envisageables. Par ailleurs, l’emprunteur doit toujours indiquer le motif de sa souscription. Pour en faciliter l’octroi des fonds, il peut présenter un apport personnel.

Cela dit, cette contribution monétaire de l’entreprise demandeuse reste facultative. L’assurance repose également sur la base du volontariat même si cette précaution demeure fortement recommandée. Le montant de la cotisation est calculé selon le risque encouru par la compagnie. L’âge de l’entrepreneur, son état de santé ainsi que la solidité financière de sa société entre aussi dans l’équation. Comme pour les particuliers, le taux d’intérêt pèse sur la décision de l’emprunteur. Les professionnels devront utiliser un comparateur de crédits en ligne.

Le prêt pour entreprise finance divers projets

Les entrepreneurs souscrivent à un crédit professionnel pour divers motifs. Certaines personnes ont recours à ce financement pour créer leur société. Cela implique parfois qu’elles ont commencé avec des fonds propres et qu’il leur faut désormais formaliser leurs activités. En effet, la banque veut avoir des preuves que le plan d’affaires est rentable. Des entreprises ont aussi besoin d’un prêt pour financer la reprise après une pause.

Crise sanitaire, révolution ou incendie, divers aléas peuvent aboutir à la cessation d’activité. Certains businessmen ont l’ambition de remettre sur les rails les usines/marques en stand-by. Ils se servent de l’argent des banques pour cette renaissance. Les créanciers proposent pour eux diverses formules, voire des offres clé en main. Puis, la majorité des entrepreneurs empruntent pour mener à bien un projet de développement. Prudents, ils ne touchent pas à la trésorerie pour ouvrir des filiales.  

Plusieurs formes de prêts professionnels

Rapportant gros pour les banques, les emprunteurs professionnels ont droit à des traitements de faveur. Ils bénéficient notamment d’un large choix de formules, en commençant par les crédits bancaires classiques. Le prêt non amortissable ou une facilité de caisse aide à faire face aux fluctuations de la trésorerie. Une réserve peut également être mise à disposition de l’emprunteur. Le leasing et crédit-bail permettent de bénéficier de matériels ou d’intrants auprès d’un fournisseur partenaire de la banque.

L’escompte constitue un autre modèle de financement possible. Le créancier paie une certaine somme à l’entreprise contre un effet de commerce. De toutes les manières, il faut remplir les critères imposés par le bailleur de fonds pour obtenir un crédit professionnel. La viabilité du projet est primordiale. Le plan d’affaires doit normalement comporter des preuves irréfutables. Une étude de marché ou une prospection au préalable devrait être faite en amont du lancement. La solvabilité constitue un autre argument à présenter.